Rando&Co

un système imper respirant efficace et pas cher

A la nouvelle veste en couche  bidulTex !  Ou le dernier tissu en Evazote de GrosCouillon… Franchement… en matière de promesse non tenue, c’est le concept de tissu imper respirant qui est sur la plus haute marche du podium.

Comprenez moi bien, j’ai eu des couches respirantes et peu imperméables, des couches imperméables mais peu, vraiment très peu respirantes…disons plutôt qu’il s’agissait d’une couche imper-transpirante…

Et surtout si j’ai quelques fois cru au miracle, cela a été malheureusement de courte durée… le temps d’une averse de plusieurs heures, voir au mieux jusqu’au premier lavage….la veste ayant perdu ses propriétés…c’est alors tout un traitement à effectuer   avec des produits réimperméabilisant… une procédure digne de la maintenance d’une navette spatiale entre deux vols…bon bon j’exagère un peu…Mais c’est une vraie déception… et ce quelle que soit le prix. Certaines fois c’est l’aspect imperméable qui n’a pas fonctionné, parfois le coté respirant.

Alors peut-être suis-je passé à côté du tissu miraculeux…. j’ai même essayé des vestes recommandées par d’autres,  qui n’ont pas résisté à une grosse averse d’orage, ou même à une pluie fine de plusieurs heures… heureusement que j’avais toujours mon poncho pour pallier ces dysfonctionnements.

Pire parfois les deux ont fait défaut… par contre les rares fois où j’ai pu constater que le miracle s’accomplissait, c’était lors de conditions météo précises…et le miracle ne s’est plus reproduit avec d’autres circonstances météo.  Bref un gros manque de polyvalence et si il y a bien un paramètre qu’on ne maitrise pas …c’est bien la météo hélas ma pauvre dame.

Ajoutez à cela que la plupart de ces vêtements « techniques »  et  » high tech » sont souvent vendus à des prix prohibitifs et sont souvent lourds.

On en revient toujours au même, la polyvalence au sein d’un même outil produit parfois des choses fabuleuses, mais parfois elle produit des trucs mauvais, des canards boiteux… Qui trop embrasse mal étreint.

Alors je ne veux pas non plus passer pour le rabat joie de service déniant les progrès techniques. Il y en, et même beaucoup des progrès techniques, mais je ne vais pas non plus rejeter les choses simples qui fonctionnent sous prétexte que ce n’est pas tendance. Bref entre le choix d’une vie de  vices ou de vertus, et bien justement il ne faut pas choisir. Il faut faire les deux 🙂   je sais je sais…Ça n’a rien avoir… Je m’égare largement du sujet… Désolé.

Je sais que ça va faire « pschitt ! » car vous allez vous dire : mais c’est tout ?

Pour obtenir une vraie couche imper respirante efficace, polyvalente et pas cher :

Enfilez

En premier :

une vrai couche respirante type coupe-vent premier prix ou pas, avec idéalement une ouverture frontale intégrale, c’est  à dire que  vous pourrez ouvrir sur le devant totalement ou pas (cela s’appelle la ventilation mécanique) , en outre cela sera plus facile a mettre.

Par-dessus ce coupe-vent.

une vrai couche imperméable de type poncho avec impérativement une ouverture frontale intégrale, avec idéalement deux zips, afin de pouvoir effectuer une ventilation mécanique efficace, en ouvrant tout simplement plus ou moins cette couche comme pour la première couche…

Ne choisissez pas un poncho trop petit, il faut que vous puissiez l’enfilez avec votre sac à dos pour le protéger également.

Ce système-là ne m’a jamais trahi.

 

imper_respirant

La première couche respirante va effectuer correctement son boulot d’évacuation de humidité depuis le corps (sous réserve d’avoir choisi un tissu respirant dessous le coupe-vent…nous y reviendrons), Vous devriez dans une large mesure vous retrouvez au sec, avec une condensation sur la face extérieure du coupe-vent, et une condensation sur la face intérieure du poncho.

La seconde couche va tout simplement empêcher la pluie de pénétrer.

Il vous restera ensuite à « gérer » la ventilation mécanique des couches suivant l’intensité de la pluie, du vent, de la température et de votre effort.

Il ne faut pas  hésiter à enlever des couches de vêtements lorsque l’on utilise un poncho car cela emprisonne vraiment beaucoup trop de chaleur surtout quand on produit un effort. Personnellement (mais cela dépends de son métabolisme propre), il m’arrive de n’avoir qu’un tee-shirt sous le coupe-vent et sous le poncho par 0/5 degrés quand je marche). En n’oubliant pas qu’un poncho crée une véritable bulle chaleur, c’est un de ses plus grands vices, mais nous verrons dans un prochain épisode comment ce vice peut devenir vertu.

D’une manière générale on a tendance a mettre trop de couches thermiques lors d’une marche, ou plutôt de ne pas prendre le temps d’en ôter afin d’éviter tant que faire se peut la transpiration, en effet plutôt que de songer à évacuer la transpiration, c’est encore mieux d’en limiter la production.

On pourra  compléter le poncho avec une casquette ou une visière afin de palier l’un des deux gros inconvénients du poncho : la visibilité. (la capuche du poncho ne se rabat plus et ne claque pas)

L’autre inconvénient étant la sensibilité au vent. Que l’on peut palier en grande partie avec une cordelette au niveau de la taille. Ça vous évitera de prendre le poncho en pleine figure J

Ainsi  équipé de ce système durable, vous pourrez remplacer l’un sans remplacer l’autre en cas de déchirures.

Et  vous pourrez également utiliser l’un et l’autre séparément pour affronter des conditions météos très variables

En cas de vent sans pluie : le coupe-vent.

En cas de pluie intense ou continue par temps très chaud : le poncho

Une polyvalence qu’aucune veste high tech n’aura. Ceci s’en prendre en compte, le vraisemblable surcout et le vraisemblable surpoids d’une telle veste.

Ps : le premier objectif d’un poncho est de protéger ses affaires de la pluie, c’est à dire ses vêtements et son sac à dos (et son duvet donc). Par temps très chaud, on peut très bien randonner en short, sous un poncho, pourvu qu’au bivouac on ait des vêtements secs.

 

Voila c’est tout, si vous avez appréciez cet article merci de le partager

Philippe

imper-respirant2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *