Rando&Co

Trek 4 jours solo Vercors en mai 2eme jour

J2 (dimanche 23 mai) Cabane des Aiguilettes – Grand Veymont – Tiolache le haut – Tiolache du Milieu.
J’avais caressé l’idée de monter très tôt pour assister au lever du soleil sur les Alpes. Mais considérant que j’étais passablement fatigué par cette première journée de trek, que les pentes du grand Veymont sont encore enneigées, que j’y monte seul… le seul conseil que j’ai eu et qui m’a semblé pertinent, c’est d’essayer de monter plutôt en fin de matinée, afin d’avoir une neige plus molle et pas verglacée (merci Scal du site http://www.randonner-leger.org smile). Aussi, à cause du vente, la qualité du sommeil n’étant pas excellente, je compense par la quantité… et je me lève tard, vers 9h30.
4368_vue_bivouac1_veymonts_matin.jpg
Il fait très beau. cool
Je n’ai pas du tout eu froid, mais avec le tarp, le sursac, le sac de couchage, la micro polaire et le bonnet… c’est plutôt normal. J’avais fermé l’ouverture du tarp avec mon poncho et quelques pinces à linge. Ca n’a sans doute eu aucun effet sur le bruit, mais cela a contribué a conservé une bulle de chaleur.
Après un solide petit déjeuner, quelques photos, le rangement de tout mon barda, j’entame enfin l’ascension vers 11h. La première partie n’est pas enneigée et pour paraphraser Jean Pierre Raffarin : « le chemin est droit, mais la pente est rude ». C’est cool, avec l’aide des bâtons, je rattrape quelques personnes parties elles avec un sac à la journée : ) Moi j’ai un sac pour 4 jours avec de quoi bivouaquer, mais c’est un sac de mul yes ! La seconde partie est plus délicate a mon gout, car il y a de nombreux passages enneigés et une trace unique pour ceux qui montent et ceux qui descendent, en outre, en se rapprochant du sommet, et de la crête, le sentier est longé d’une pente plutôt franche coté ouest, qui se termine par une paroi quasi a pic de quelques 300 mètres… Bref ce n’est pas véritablement difficile, mais je me dis qu’avec un mauvais pas, et un peu d’élan…« un petit pas pour un homme, un bond de géant… »)
4368_enmontant_vers_sommet_veymont.jpg
Bon disons le franchement : Je préfère les endroits plus impressionnants avec un sentier plus large et plus sec. Là c’est soit de la neige, soit de la boue, soit de l’herbe humide. La montée est toujours aussi rude, et j’essaye de rattraper un gars qui a juste un tout petit sac. je crois manifestement qu’il a décidé que je ne le rattraperais pas… de fait, je le rattrape mais presque au sommet. Là, la vue est sublime, mais le temps se couvre et je mesure ma chance d’avoir une bonne visibilité à ce moment là.

Moi, tel un japonais immortalisé devant le Sacré Cœur…(pas pris le funiculaire ceci dit…)

 

4368_sommetgrandveymont_avec_guignolssurlacorniche.jpg
Je me dis qu’il y a quand même toujours un saint protecteur pour les abrutis ou les inconscients (j’opère une petite distinction…) , bref des guignols qui marchent sur la corniche de neige au dessus d’un a pic de 800 m (certes passé les 50 mètres, la hauteur ne change pas fondamentalement le résultat, mais quand même…).
4368_guignol_sur_la_cornichedeneige_on_se_rends_pas_compte_ou_il_est_ce_con_la.jpg
si, si, le Gus est sur la corniche en neige…mad
4368_vue_sommet_grand_veymont_vers_cretes_orientales.jpg
la même, après qu’ils soient tous tombés… roll

 

 

4368_vue_sommet_mont_aiguille.jpg

Mont Aiguille depuis le sommet du Grand Veymont
C’est un bel endroit pour piquer niquer et ça tombe bien c’est l’heure du déjeuner et j’ai faim. Il y pas mal de monde, nous sommes dimanche, et beaucoup sont montés faire l’ascension à la journée du sommet du massif du Vercors, en partant de Gresse en Vercors. Une heure après, j’entame la descente par le pas de la ville. La première partie est assez rapide et sans problème, mais pas mal de neige, souvent jusqu’a mi cuisse. Quand à la seconde partie j’ai trouvé certains passages franchement exposés à mon goût, notamment ce passage là, qui ne me disait rien qui vaille…, la trace coupe de grands couloirs enneigés et bien pentus, où l’on ne doit s’arrêter que quelques centaines de mètres plus tard, si l’on glisse. Ajouter à cela quelques chutes de pierres, bref it is not a place to be … sad
4368_zoom_surpassage_chaud_pasdelaville.jpg
Descente vers le pas de la ville.(on distingue vers le centre de l’image le passage que je n’ai guère apprécié)
4368_autoportraittrek.jpg
Elle m’a bien cadré la marmotte, non ?
Je suis plutôt soulagé qu’en j’arrive au pas de la ville proprement dit. La pente est plus douce, et ne m’inspire plus de dangers. Je mets rapidement le cap sur la nouvelle Jasse de la Chau, il commence à faire assez chaud. Je me fais une bonne pause à la fontaine de la chau, quelques randonneurs sont allongés là au soleil. Après avoir bien bu, je refais le plein d’eau, car de là, plus de sources avant demain (j’aurais toujours la ressource de la neige éventuellement). J’ai encore un bon bout de chemin, si je veux atteindre la partie haute du canyon des Erges (là où j’avais bloqué l’hiver dernier wink Je marche à vive allure et avec les bâtons, c’est assez formidable. Une petite heure après je croise enfin quelques personnes qui quittent la jasse du play. Je jette un rapide coup d’œil, il est bien confortable cet abri avec son chouette sol en bois et pas de la terre battue. La météo s’est franchement dégradée. Mais bon, je préfère continuer. L’orage gronde et très rapidement j’enfile mon poncho, j’essuie un orage de grêle assez violent, mais très bref. Plutôt content de l’avoir eu là et pas sur le sommet…

 

La partie entre la jasse du Play et Tiolache le haut n’est pas très roulante, beaucoup de lacets, de petites dépressions à passer, sente étroite et accidentée, très caillouteuse, vive les bâtons !
Je remonte une espèce de grande prairie avec de nombreux scialets et j’arrive enfin à Tiolache le haut, en haut du canyon des Erges. Lieu où j’ai renoncé à rejoindre la cabane de la Tiolache du milieu, l’hiver dernier (http://www.randoandco.fr/mon-mini-trek-hivernal-en-solo-dans-la-reserve-naturelle-des-hauts-plateaux-du-vercors/). Je ne comprends même pas comment j’ai pu bloquer là…. encore qu’il faille imaginer cela complètement enneigé.
4368_p1060888.jpg
Vu en contre bas, je comprends un peu mieux, pourquoi j’ai bloqué, surtout avec ma pulka luge, mon chargement de mulet et la poudreuse qui tombais…je vois comment en faisant une large boucle j’aurais pu sans douter passer, mais encore fallait il avoir assez de visibilité cette nuit là…
4368_murneige_canyonerges.jpg
Vu d’en dessous, sans visibilité, de nuit, et avec la poudreuse, ce mur était assez impressionnant, et surtout très glissant, la neige redescendant avec moi…mais quand même… Enfin je suis venu, j’ai vu (de jour cette fois !)…et j’ai compris… il est aux environs de 19 h et je suis assez fourbu avec la montée du grand veymont dans les pattes. J’ai effectué la jonction avec mon trek de l’hiver dernier. Je fais demi tour et je vais aller jusqu’a la cabane de la Tiolache du Milieu, de là, je chercherais un bon endroit pour bivouaquer. Peu de temps après, et à l’aide de l’appli gps Iphigénie sur mon iphone, je localise la cabane, assez planquée tout de même et assez loin du GR, (rétrospectivement, c’était quand même une bonne idée d’arrêter le tir, l’hiver dernier, j’aurais bien galéré à la trouver cette cabane avec toute cette neige et la nuit).
Il y a là un petit groupe qui achève sa traversée du Vercors, demain ils seront à Villars de Lans. On discute un moment, puis la cabane étant prise, et les alentours de la cabane se résumant à des champs d’orties et de ronces, sans point de vue particulier. Je les salue et m’en vais trouver un endroit plus sympa pour le bivouac. Une demi-heure après, totalement hors sentier, dans une forêt assez accidentée, je trouve une sorte de terrasse un peu dégagé des arbres, qui m’offre une vue magnifique sur une grosse partie du plateau J’y dresse mon tarp, et dingue : J’ai du réseau téléphonique, ce qui n’est quasiment pas arrivé de la journée… J’en profite pour envoyer quelques sms pour dire où je me trouve.
4368_bivouac2.jpg
Je peux admirer le coucher de soleil sur les plateaux et le Grand Veymont.
4368_grand_veymont_soir_retouch_.jpg
Après la nuit tombée je me couche rapidement, assez fatigué. Demain j’ai une étape sans grosses difficultés, mais avec un important kilométrage.
Troisième jour ==>http://www.randoandco.fr/trek-4-jours-solo-vercors-mai-2010-3eme-jour/

1 Commentaire

  1. Pingback: Trek 4 jours solo Vercors mai 2010 1er jour | Rando&Co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *