Rando&Co

Randonner plus léger : Par où commencer ?

Portez vos efforts là où ils seront les plus efficaces en matière d’allègement.

Concrètement deux principales pistes :

Première piste

Porter son attention sur les objets les plus lourds que l’on doit emmener en randonnée. En effet, remplacer sa popote en aluminium par une popote en titane vous fera gagner quelques dizaines de grammes… choisir un sac de couchage en duvet plutôt qu’en synthétique pourrait vous faire gagner un kilo…

Les trois objets les plus lourds généralement sont donc :

Le système de couchage composé du sac de couchage et du matelas, en effet difficile de dissocier ces deux objets tant leur utilisation est complémentaire, et bien souvent, vous aurez une meilleure protection contre le froid avec un bon matelas isolant du froid du sol et un sac de couchage moyen que l’inverse. Et le principe des vases communiquant risque fort de s’appliquer ici.

systeme_de_couchage2

Le Système de couchage = Sac de couchage + matelas

L’abri, quand on évoque l’abri en randonnée…un abri que l’on transporte s’entend 🙂 on pense à une tente… Et on a raison 🙂 Mais c’est réducteur, il existe d’autres types d’abris, souvent bien moins lourd qu’une tente double paroi classique, c’est à dire une tente avec une toile extérieure, doublée d’une chambre intérieure. Il existe des tentes simple paroi, voir des tarps (bâche) et encore mieux des ponchos-tarps ! Avec à la clé encore un allègement possible d’un bon kilo.

 

abri

L’abri

le sac à dos, le drame du sac à dos, c’est que l’on devrait le choisir en dernier… une fois qu’on a acheté le reste… et que l’on connait le volume et le poids supportable par ce dernier, mais quid du poids supportable par son porteur ? Mais acquérir son sac à dos, c’est déjà partir un peu en randonnée 🙂 Heureusement acheter son sac à dos en premier peux finalement se révéler une bonne idée… à condition de ne pas en achète un trop gros… car hélas… on aura toujours tendance à remplir un sac à dos tant qu’il n’est pas plein… et souvent un sac à dos peut supporter un poids considérable… Mais Fatalitas ce sac d’un poids considérable devrait lui même être porté et supporter … Pendant de nombreuses heures par son porteur. Acheter un sac « un peu trop petit » vous obligera naturellement à optimiser (et optimiser c’est choisir :)) ce que vous devrait emporter… Un peu comme lors d’un voyage en avion. Quoiqu’il en soit, on peux là encore gagner un kilo sur le sac à dos lui même … Et davantage sur les objets qu’on aura pas pu loger dans un « sac à dos trop petit » 🙂 … Ce qui nous amène naturellement à la deuxième piste d’allègement…

sac_a_dos_neige

Le sac à dos

S comme Système de couchage (sac de couchage + matelas) , A comme Abri et et S comme … Sac à dos : C’est ce que j’appelle le S.A.S. (copyright myself 🙂 )

Deuxième piste

 

Les objets les plus légers sont…ceux que l’on n’emporte pas ! Et encore mieux… Ceux sont également eux qui coûtent le moins cher … ça parait bête énoncé comme ça… mais ça ne l’est pas du tout. Par contre Il va falloir faire preuve de discernement, rogner sur son confort passe encore, mais il ne s’agirait pas de rogner sur sa sécurité. Evidemment on ne supprimera pas son poncho car il n’y a pas de pluie prévue… ni sa couverture de survie car elle n’a jamais servi… . Cette seconde piste est finalement la plus efficace en matière d’allègement et la moins chère, mais c’est également la plus dur à mettre en oeuvre, car il faudra faire la part des choses entre l’indispensable et l’inutile…

Pour donner une idée en matière d’allègement, pour une même randonnée de 5 jours en autonomie en moyenne montagne pendant la belle saison, certains arrivent à des sacs de moins de 30 litres et de l’ordre de 6 kilos, là où d’autres emporterons un sac de 60 litres et de 20 kg. Je parle bien de randonnée, et non pas d’un stage de survie où l’on va se nourrir de ce que l’on trouve sur le chemin, en chassant et cueillant, se faire un abri avec des branchages à la manière de Bear Grylls 🙂 . Je parle d’une randonnée effectuée sans rogner sur la sécurité, ni même sur un certain confort, bien au contraire.

Evidemment s’alléger pour randonner c’est comme tout… Il faut y aller progressivement … C’est comme le ski alpin, on ne se lance pas directement sur une piste noire… On commence par maîtriser le chasse-neige, etc…

Randonner plus léger est un gage de sécurité et non l’inverse,  à la condition que cela soit fait correctement . Il m’arrive d’emporter de quoi passer la nuit dehors pour une sortie à la journée. C’est tellement léger qu’il serait idiot de ne pas le prendre au cas où.

Question Sécurité : La nuit tombe, vous êtes exténué, à bout de force.  Mieux vaut devoir continuer jusqu’au refuge, car l’on a ni abri, ni système de couchage suffisant, ou avoir la possibilité de s’arrêter et de passer une nuit dans de bonnes conditions ?

Voilà c’est tout, si cet article vous a plu, merci de le partager

Philippe

1 Commentaire

  1. david

    Ton site est bien foutu et donne envie découvrir le reste…j’y ai appris pas mal de choses moi qui ai une certaine expérience de la rando légère. Ton article sur l’imper-respirant est d’excellent conseil. A adopter… c’est bien écrit, pertinent sans jamais se prendre au sérieux tout en traitant sérieusement les sujets abordés. Il m’en reste pas mal à lire donc je me réserve pour la suite.
    .Au plaisir de continuer à te lire..see you on the rocks

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *